Awani Review

Complete News World

Des zones «COVID» dans les hôtels pour ne pas stopper le tourisme

Des zones «COVID» dans les hôtels pour ne pas stopper le tourisme

Zones isolées gardées par des agents de sécurité: les hôtels de République dominicaine ont transformé une partie de leurs installations pour leurs clients positifs au COVID-19, et protéger une industrie touristique vitale pouré l’économie et con.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

Le pays, avec ses pladis paradisiaques et ses complexes hôteliers, destination de millions de personnes et de bateaux de croisière du monde entier, est l’un des rares pays à avoir gardé ses frontières ouvertes depuis le démie de la pan.

Près de 5 millions de touristes ont visité la République dominicaine en 2021, deux fois plus qu’en 2020.

La destination ainsi retrouvé plus des trois-quart (77%) des visiteurs de 2019 (6.4 millions de visiteurs) et accueilli 728 000 touristes en décembre, un chiffre qualifié d'”historique” par les autorités.

Une politique que le pays entend poursuivre malgré l’apparition du variant Omicron et un nombre de cas qui a explosé. Vendredi, le pays a recensé 5968 positifs, un record, alors qu’il ya un mois, le nombre de cas par jour avoisinait 300. Au total, le pays de 11 millions d’habitants an enregistré 444 985 cas depuis le début de la pandémie Les autorités soulignent que le nombre de décès reste faible.

Dans la province de La Altagracia, qui comprend la célèbre station balnéaire de Punta Cana, le nombre de cas explose. «Mon fils de cinq ans était positif, nous avons prévenu l’hôtel et ils nous ont transférés dans une zone pour le confinement», confie sous couvert de l’anonymat à l’AFP un touriste chilien d’ant uned quaranéné dans un hôtel cinq étoiles.

See also  Daniel Ortega: China will be the largest economy in the world, not the United States

Au début, un seul bâtiment était réservé aux cas positifs mais au fil des jours, un autre bloc a été ouvert, selon lui. «Les chambres sont gardées par des gardiens. Nous pensons qu’ils avaient beaucoup de gens» atteints par le virus, estime-t-il.

Les autorités et les hôtels refusent de communiquer sur le sujet sans doute par peur d’impacter négativement le secteur. Et il est impossible de savoir combien de touristes sont confinés dans ces zones. Seule confidence d’un grande chaîne hôtelière, les prix facturés sont “dérisoires”.

Le président dominicain Luis Abinader ne semble pas vouloir changer son fusil d’épaule. «Revenir en arrière est impossible. Nous prenons toutes les mesures pour nous assurer que nous pouvons avoir un pays avec une santé sûre», at-il déclaré jeudi, soulignant qu’il entendait pouvoir en même temps préserver l’économie.

«Nous avons réussi à nous redresser et à prendre soin du tourisme, de l’économie, de l’emploi, des devises et de l’espoir, atteignant un nombre record de touristes et plus de 250 000 emplois dans le secteur du tourisme» , s’est-il félicité lors d’une conférence de presse.

Pourtant, des critiques apparaissent. Le président du Collège dominicain des médecins, Senen Caba, a reproché à l’État d’être “permissif” et “très complaisant”.

Le Sénat an approuvé mercredi une résolution demandant au ministère de la Santé d’exiger des tests PCR et des preuves de vaccination de toutes les personnes visitant le pays.

«Nous ne pouvons pas recevoir tous ceux qui le souhaitent sans aucun type de protocole», a lancé le sénateur Yvan Lorenzo dans l’hémicycle.

See also  United States: Justice restores Texas anti-abortion law

Joel Santos, homme d’affaires, hôtelier et conseiller touristique, assure au contraire que ce sont les mesures prises par le gouvernement qui ont permis la croissance annoncée.

Par exemple, un bateau de croisière a accosté cette semaine à Puerto Plata (nord) avec 146 infectés, pour la plupart des membres d’équipage. Les autorités ont assuré qu’aucun malade ne descendrait du navire, selon la presse locale.

Pour M. Santos, «le tourisme, c’est la confiance transmise (…) aux pays qui envoient des touristes qui ont constaté que la République dominicaine prenait son processus au sérieux».